Action pour un meilleur partage de la route

Liberté ou totalitarisme sur nos routes ?

Posted on 8 juin 2013 | in Liberté | by

L’absence de règles mène-t-elle au chaos ? La réponse est NON ! En effet, êtes-vous plus attentifs lorsque vous franchissez un carrefour avec priorité à droite ou bien lorsque vous passez un feu vert ? Et pourtant, c’est bien chez les seconds, les carrefours à feu, où il y a le plus d’incidents. Et c’est ce que nous confirme l’exemple d’une ville, Poynton, en Angleterre.

En 2010, cette ville de banlieue de quelques 14.000 habitants s’est embarquée dans un projet ambitieux de revitalisation urbaine. Le projet incluait la transformation du carrefour le plus fréquenté de la ville en un « espace partagé » – un concept développé par un ingénieur de la circulation allemand, Hans Monderman, et appliqué dans plusieurs quartiers en Europe continentale, notamment à Bohmte en Allemagne. Un « espace partagé » consiste en l’élimination des frontières entre voitures et piétons, généralement en supprimant les éléments de voiries telles que les bordures, marquages au sol, panneaux de signalisation et feux de circulation. En conséquence, les conducteurs, cyclistes et piétons font plus attention et les accidents se font rares et moins catastrophiques.

À Poynton, les résultats ont été remarquables. Ce qui était auparavant un carrefour désagréable et dangereux séparant la ville en deux zones distinctes est devenu un endroit calme, paisible et fluide. Parce que Poynton est située sur un axe très fréquenté reliant Manchester et Stroke-on-Trent, le volume de trafic est beaucoup plus important que celui des endroits qui ont déjà fait l’expérience des espaces partagés. Pourtant, suite à ce changement, les accidents de la route et les embouteillages ont diminué, la circulation est fluidifiée et plus sûre. Ce résultat n’aurait pas surpris Monderman, qui avait dit de la philosophie qui sous-tend les espaces partagés que « plus on les guide, plus la responsabilité personnelle des gens s’amenuise. » (merci à Contrepoints.org)

Dans un même esprit, l’économiste Pascal Salin plaide également en faveur de moins de règlementations, tout comme de nombreux intellectuels.

Enfin, n’est-ce pas un procès d’intention que de sanctionner un usager de la route pour une vitesse jugée excessive par un appareil automatique ? Comment peut-on sanctionner un individu alors qu’il n’a pas commis d’acte nuisible (l’accident) à la société ? N’est-ce pas le propre d’une société totalitaire de sanctionner de manière préventive ? (voir le film Minority Report par exemple)

Comments are closed.

Recent Posts

Ces dangers à réduire la vitesse de circulation parisienne à 30 km/h Nous reprenons ici une interview de Pierre Chasseray par Atlantico Atlantico : Les automobilistes parisiens...
Liberté ou totalitarisme sur nos routes ? L’absence de règles mène-t-elle au chaos ? La réponse est NON ! En effet, êtes-vous...
Augmenter les vitesses pour sauver des vies ? Augmenter les limites de vitesses permettrait de sauver des vies, comme de nombreuses études scientifiques,...
Plus d’accidents à cause des radars feu rouge Les radars feu rouge sont bel et bien source d’accident. En effet, on observe qu’ils...
Moins d’accidents car moins de circulation Les Français circulent de moins en moins dans leur pays (Source). Différentes raisons expliquent ce...
Pourquoi 10km/h en moins coûte plus de 20 milliards d’euro aux Français ? Il a été de nombreuses fois prouvé (Source 1, Source 2) que diminuer les limites...
Les Français majoritairement contre les radars Les Français sont majoritairement contre les radars, comme le montre les sondages suivants : 72%...
Absurdes limites, modernisons nous ! Savez vous que les limitations actuelles de vitesse ont plus de 40 ans ? (Source)...
Rouler plus vite pour moins polluer De nombreuses études font état du fait que réduire la vitesse en ville à 30km/h...
Les radars : le racket organisé Si chacun sait désormais que la vitesse n’a aucun lien avec la mortalité routière, il...

Tag Cloud